Nous sommes actuellement le 26 Sep 2021, 21:13


Le fuseau horaire est UTC-5 heures




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 44 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Re: Les histoires de bobettebob
Message Publié : 17 Fév 2017, 07:34 
Ami très impliqué
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 02 Oct 2016, 08:31
Message(s) : 556
Ton histoire me rappelle deux articles parus dans le journal. C’était dans les années soixante et donc assez extraordinaire pour l’époque.

Le premier parlait d’un village en Bretagne où les agriculteurs s’étaient plaints à la justice que des gens occupaient une plage éloignée du village et y pratiquaient le nudisme. Le juge leur demanda en premier s’ils avaient l’habitude d’y aller à cette plage eux-mêmes. Ils répondirent en s’exclamant qu’ils avaient bien d’autres choses à faire que de paresser sur une plage. À l’époque, les plages des stations balnéaires étaient fréquentées par les touristes, mais pas les plages éloignées. Le juge leur demanda s’ils y allaient au moins une fois. Les agriculteurs opinèrent qu’en effet ils y allaient tard dans l’automne après les grandes marées pour y ramasser le goémon. En effet les paysans utilisent depuis des siècles les algues comme fertilisants de leurs terres. Le juge refusa leurs plaintes arguant que les nudistes ne dérangeaient en rien leurs activités. Ce fut la première plage naturiste de Bretagne.
Le second article parlait d’une famille qui pratiquait le nudisme dans son jardin. Celui-ci était clos entièrement par une haie qui dépassait de plus d’un mètre la hauteur de n’importe quel être humain. Pourtant des voisins se plaignirent auprès d’un juge. Ce dernier demanda donc comment ceux-ci avaient eu connaissance de cette pratique. Les voisins répondirent qu’ils avaient entendu rire continuellement dans le jardin d’à côté et ils avaient pris une échelle pour regarder par-dessus la haie. Là encore le juge refusa la plainte arguant qu’ils n’avaient qu’à ne pas monter dans l’échelle et que les nudistes étaient en droit de les accuser d’atteinte à la vie privée.

C’est drôle qu’après plus de cinquante ans je me souvienne encore de ces deux articles, je suppose qu’ils ont été des arguments pour moi dans ma décision d’être naturiste.


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: Les histoires de bobettebob
Message Publié : 17 Fév 2017, 08:47 
Administrateur Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 08 Sep 2014, 17:52
Message(s) : 1680
Dommage que cette même attitude ne prévale pas de ce côté de l'Atlantique...

Il y a quelques années, on a voulu fermer une plage libre très populaire sur la côte Est, je crois qu'on la nomme Gunnison Beach, parce qu'un une tempête au large de New Jersey avait détruit les dunes qui la protégeait des regards indiscrets. Je ne sais pas s'ils ont réussis à le faire ou non ; ça fait un bout que je n'en ai pas entendu parler.

Sans parler de ceux qui voulurent fermer Wreck Beach à Vancouver parce qu'un entrepreneur avait l'intention de construire des tours à appartements sur la falaise qui surplombe la plage...
:razz:


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: Les histoires de bobettebob
Message Publié : 17 Fév 2017, 10:09 
Ami très actif
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 12 Juil 2015, 12:30
Message(s) : 382
Localisation : Montréal
Je sais pas si c'est sur ce forum ou un autre, mais lorsqu'on entre dans la "jurisprudence canadienne" en rapport avec la nudité, il y a comme un flou, sans entrer dans des pages interminables de débats comme le sujet de la pilosité...

Les articles 173 et 174 se trouvent à la page 208 : http://laws-lois.justice.gc.ca/PDF/C-46.pdf

Citer :
Actions indécentes
173 (1) Quiconque volontairement commet une action indécente soit dans un endroit public en présence d’une ou de plusieurs personnes, soit dans un endroit quelconque avec l’intention d’ainsi insulter ou offenser quelqu’un, est coupable :
a) soit d’un acte criminel passible d’un emprisonnement maximal de deux ans;
b) soit d’une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire et passible d’un emprisonnement maximal de six mois.

Exhibitionnisme
173 (2) Toute personne qui, en quelque lieu que ce soit, à des fins d’ordre sexuel, exhibe ses organes génitaux devant une personne âgée de moins de seize ans est coupable :
a) soit d’un acte criminel passible d’un emprisonnement maximal de deux ans, la peine minimale étant de quatre-vingt-dix jours;
b) soit d’une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire et passible d’un emprisonnement maximal de six mois, la peine minimale étant de trente jours.

Nudité
174 (1) Est coupable d’une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire quiconque, sans excuse légitime, selon le cas :
a) est nu dans un endroit public;
b) est nu et exposé à la vue du public sur une propriété privée, que la propriété soit la sienne ou non.

Nu
174 (2) Est nu, pour l’application du présent article, quiconque est vêtu de façon à offenser la décence ou l’ordre public.

Pour commettre un "crime" décrit à l’article 173(1)(a) du Code criminel, l’action indécente doit être volontaire et délibérée. Les seins ne sont pas des organes génitaux.

Disons que dans un quartier de Montréal, homme ou femme, vous discutez, nu, bière à la main avec deux autres personnes vêtues, sur le balcon arrière d'un building sur un coin de rue et que seuls les passants de la rue adjacente pourrait voir votre petit derrière l'instant d'une seconde, vous n'avez rien fait d'indécent.

Vous dormez nu, votre logement passe au feu, la logique veut que vous quittiez immédiatement les lieux afin de sauver votre vie. Gaspiller une minute pour vous habiller dans la fumée afin d'éviter d'autres ennuis est votre dernier souci. Le plaintif aurait dû venir à votre secours, avec une couverture, un manteau, au lieu de se plaindre de votre nudité publique.

« La nudité en soi n’est pas indécente. La nudité n’est pas non plus immorale. Le contexte et l’endroit où survient la nudité doivent être considérés pour décider si elle est indécente. » Traverser un terrain de football nu (streaking) ou encore baisser son pantalon en public (mooning), ne sont pas des actions indécentes, mais plutôt un amusement tolérable où les médias en font un phénomène sportif ou un rituel. Remarquez aussi le bémol "excuse légitime".

Lorsqu'on est nu à un endroit autre qu'un centre naturiste ou une plage libre, l'article 173 (2) est une des raisons qu'il faut être prudent en présence d'enfants et ados qui ne sont pas pas les vôtres ou qui ne sont pas naturistes comme vous.

J'ai lu une chose contradictoire à propos de l'article 174. "Quiconque est vêtu..." a été interprété comme, si vous ne portez pas une casquette, des sandales ou tout autre accessoire au moment de se faire interpeller par les autorités, vous n'êtes donc pas "vétus".

Dans le contexte de l'histoire, la nudité en groupe n'est pas indécente, l'endroit est reclus, tous les participants sont consentants. Le couple dans l'auto qui repassait voulaient probablement s'approprier cet endroit eux aussi, mais ne voulant pas rejoindre du monde tout nu, ont formulé une plainte dans l'espoir que l'agent de la paix les chassent. Mission échouée.


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: Les histoires de bobettebob
Message Publié : 17 Fév 2017, 16:05 
Administrateur Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 08 Sep 2014, 17:52
Message(s) : 1680
Vous avez parfaitement raison ; il y a un flou et il y est par choix délibéré...

Je l'ai déjà mentionné ailleurs (je crois même que c'était sur le site de la FQN mais je ne pourrais dire s'il y est toujours) mais les articles 173 et 174 ont été ajouté au Code Criminel suite aux revendications des Doukhobors, une secte extrémiste d'origine russe installée en Colombie Britannique. Vers les années '50, pour des raisons qu'ils jugeaient valables, ils faisaient du grabuge ici et là, puis se sauvaient vers leur enclos où ils se déshabillèrent tous, pensant ainsi éviter de se faire identifier. Depuis lors, malgré plusieurs essais de la part de la FCN et autres, il a été impossible de faire rayer ou même clarifier ces articles.

Ces articles ont été mis en cause lors du fameux procès de Gwen Jacobs en Ontario avec le résultat que dans cette province-là, les femmes ont le droit de se promener sans haut (Le même scénario c'est répété en Alberta au début des années 2000, je crois). Le problème est que le Code Criminel est une loi fédérale mais que la cause Gwen Jacobs ne s'est jamais rendu jusqu'à le Cour Suprême, là où ces articles auraient pu se faire déclarer non constitutionnels.

En passant, Bob, ces eaux troubles ont été brouillées encore plus en ce qui concerne le Québec car le Directeur de poursuites criminelles et pénales a émit une directive, NUD-1, qui a comme but de saboter toute tentative de la police locale de poursuivre qui que ce soit d'après l'article 174 en spécifiant que lui seul serait autorisé à déposer une telle charge. C'est d'ailleurs pour cette raison que la plage libre d'Oka est toujours accessible malgré les efforts de la SEPAQ de nier que la plage existe car la plage est sous la responsabilité de la Sûreté du Québec.


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: Les histoires de bobettebob
Message Publié : 20 Fév 2017, 13:09 
Ami très actif
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 12 Juil 2015, 12:30
Message(s) : 382
Localisation : Montréal
L'arrêt routier

Je n'oublierai jamais ma première fois. C'est arrivé simplement par chance. La route vers un autre état était déjà longue, et il était nécessaire de faire un arrêt à la station-service. En attendant en ligne pour payer, une jeune femme discute avec ma femme et moi. Après avoir appris qu'il était temps pour nous d'aller souper et d'arrêter pour la nuit, elle nous invite généreusement à son domicile. On accepte l'invitation de cette inconnue et découvre qu'elle habite sur un camp de nudistes.

Nous étions étonnés mais aussi fascinés par notre entourage. Étant les seuls habillés, nous nous sentions comme une espèce humaine différente. Ma femme me demande si j'allais avoir l'audace de me montrer nu comme les autres, et qu'elle le ferai si j'en montre l'exemple. On s'est déshabillés et fait connaissance de nos nouveaux amis. Nous sommes restés là durant plusieurs heures et le reste est passé à l'histoire. La nudité est et fera toujours partie de notre style de vie. Il n'existe pas de meilleure sensation de liberté dans le monde. Nudiste pour la vie.

(auteur et source égarés par erreur de manipulation)

Histoire courte et simple. La prochaine sera une histoire de fiction en trois parties.


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: Les histoires de bobettebob
Message Publié : 24 Fév 2017, 12:13 
Ami très actif
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 12 Juil 2015, 12:30
Message(s) : 382
Localisation : Montréal
L'histoire suivante a été clairement identifiée comme une fiction. Je l'ai retenue parce que j'ai trouvée "cute" malgré les erreurs de logique dans l'histoire...

Soeur Modèle, partie 1
par Richard, Lorie, Mac, Kristin, Zippo, et John
Version intégrale en anglais : http://web.archive.org/web/200712220012 ... /model.htm


Les soeurs Heather, 17 ans et Jenny, 15 ans, sont seules à la maison. Heather revient d'une pratique de basketball, prend une douche et va se changer dans sa chambre. Pendant qu'elle finit de s'essuyer, Jenny entre dans sa chambre.

« Jenny, je suis en train de m'habiller! » dit Heather, s'enveloppant de la serviette.

« Désolée, soeurette ». Jenny se demande bien pourquoi sa soeur a ressenti le besoin de recouvrir son corps devant elle, mais elle est retournée dans le couloir pour lui laisser de l'intimité.

« Qu'est-ce que tu veux ? » demande Heather de l'intérieur de sa chambre.

« J'ai reçu mes premières assignations pour le cours de dessin 101, et j'ai besoin d'un modèle ». Heather sort de sa chambre, la serviette bien en place autour d'elle.

« Quel genre de modèle ? »

« Nue ».

« Mais t'es folle ! Penses-tu vraiment que je vais m'asseoir nue ici et te laisser faire un dessin de moi ? Et si quelqu'un me reconnaît ? »

« T'as un beau corps, pourquoi le cacher ? »

« Parce que c'est ce que je veux. Pourquoi ne cherches-tu pas quelqu'un d'autre comme modèle ? »

« Il n'y a personne d'autre à qui je peux penser »...

« Quelqu'un dans ta classe ? »

« Oublie ça ».

« Il doit forcément y avoir quelqu'un. T'as demandé à ton petit ami ? »

« Il a accepté, mais il est parti en vacances pour deux semaines et le travail doit être remis cette semaine. »

« Sérieusement ? Il s'est porté volontaire ? »

« Ouais, il sait que j'aime le dessin et veux m'apporter tout son soutien ».

« Ah, c'est gentil de sa part. Plus, tu le verras tout nu ! »

« En fait, il me verra aussi nue parce que je lui ai promis que je me mettrai à l'aise avec lui durant le travail. »

« Ah, ma soeur est un brin généreuse » dit Heather, sarcastiquement.

« Peux-tu m'aider s'il-te-plaît ? Tu es mon dernier espoir en ce moment ».

« Ok, mais tu dois me promettre de ne pas révéler mon identité ».

« Merci grande soeur, je t'en dois une ».

« Alors, c'est pour quand la remise des travaux ? »

« Ça doit être fait pour lundi ».

« OK, alors à toi les honneurs » dit Heather.

« Qu'est-ce que tu veux dire ? »

« Déshabille-toi. Je ne vais quand pas être la seule toute nue dans cette chambre ». Jenny, contente que sa soeur ait accepté l'offre, commence à déboutonner sa chemise lorsque soudainement, elles entendent le bruit d'ouverture de la porte de garage.

« Je crois bien qu'on va mettre ça sur pause pour l'instant » dit Jenny en reboutonnant sa chemise. Heather retourne dans sa chambre et enfile des vêtements. Descendues au salon, leur père est là.

« Salut papa, revenu si tôt ? » demande Heather.

« Votre mère et moi, on était en chemin pour aller souper et aller voir un film, mais on a oublié les billets. Est-ce que j'ai interrompu quelque chose ? Il y a des garçons, n'est-ce pas ? »

« Bien sûr que non, tu peux nous faire confiance » dit Jenny.

« Je sais, Vous avez toujours été responsables » répond-t-il, en cherchant les billets.

Heather les repère sur le réfrigérateur et les donne à son papa « C'est ça que tu cherches ? »

« Tu vois, je savais bien que mes filles sont responsables. Nous serons partis pour quelques heures, donc prenez bien soin de la maison ». dit-il en sortant vers le garage. Heather et Jenny leur dit aurevoir, au son de la fermeture de la porte de garage.

« J'espère qu'il ne s'est douté de rien. Mais au moins, on sait qu'on aura la paix pour quelques heures. On recommence ? »

« OK, mais il faudra être prudentes et porter attention au bruit de la porte de garage ».

De retour dans sa chambre, Heather s'asseoit et attend que Jenny se déshabille. « Je reviens dans une minute, j'ai besoin de mon équipement » dit Jenny, qui se dirige à sa chambre, collecte ses outils de travail. Au moment de sortir, elle arrête et décide de se déshabiller dans sa chambre plutôt que devant sa soeur, dépose ses vêtements sur son lit, puis retourne dans la chambre d'Heather, qui est toujours habillée.

« Je connais quelqu'un qui a hâte de commencer » dit Heather.

« Y a rien de mal à prendre de l'avance » réplique Jenny, durant l'installation de ses équipements. Heather commence à se déshabiller, observant sa soeur en préparation, surprise de constater le niveau de confort de sa soeur, qui n'essaie aucunement de se couvrir. Jenny est prête, Heather est toujours en sous-vêtements. Jenny la regarde enlever sa brassière, jetée sur la commode, et remarque que sa soeur est beaucoup plus développée qu'elle...

Heather glisse ses doigts autour de la culotte, les retire d'un coup sec et la lance en direction de sa soeur « Je pense pas avoir besoin de ça pour quelque temps ».

« Très drôle. Tu vois ? C'est pas si pénible ».

« Bon, comment ça fonctionne ? Où veux-tu que je me positionne ? » demande Heather.

« Commence par t'asseoir sur le bord du lit. »

« Qu'est-ce que tu veux dire par « commence » ? Combien de dessins vas-tu faire ? »

« J'en suis pas certaine, mais j'en ferai une à la fois et on verra après ».

« Ok ». Heather s'asseoit en bordure du lit, et Jenny commence le travail. Environ vingt minutes plus tard, Heather commence à s'impatienter. « As-tu bientôt fini ? »

« Bientôt. Donne-moi deux minutes ».

« À ce moment-là, la poignée de la porte tourne. « Hey Heather, tu devineras jamais c-- » la voix s'interrompt abruptement. C'est Chip, l'ami d'Heather, surpris de voir les deux filles toutes nues, oubliant le restant de sa phrase... « Coquin ».

Heather et Jenny figent. « Euh... hey, Chip » disa Heather tout fort par embarras, tout en gardant la pose pour Jenny.

« Euh, qu'est-ce que vous faites, les filles ? » en souriant diablement.

« Chip, tu dis rien à personne! J'vais mourir de honte! Jennifer avait besoin d'un modèle et j'allais pas rester là toute seule nue toute nue donc je l'ai fait déshabiller elle aussi par support moral. Alors s'il-te-plaît, ne dis à personne ce qui se passe ici. »

« Bien sûr que non, Heath ». Chip a été surpris par Heather. Il s'est soudainement senti déçu que son amie croit qu'il pourrait trahir sa confiance. Il regarde de nouveau dans sa direction. « Cute » dit-il. Son esprit commence de nouveau à fonctionner, et comme n'importe quel adolescent le ferait, tente de chasser ses arrière-pensées. Heather est une amie, pas plus. "Et si je pouvais trouver moyen de détendre l'atmosphère..." a-t-il pensé. Il se rend vers la fenêtre et l'ouvre, tout en faisant attention à l'intimité des rideaux.

« Si l'air climatisé n'était pas si élevé dans la maison, je vous aurait rejoint ».

L'air chaud provenant de la fenêtre est beaucoup mieux. Jenny et Heather sont devenues craintives en observant Chip qui retire ses vêtements, s'arrêtant à ses caleçons blancs. « Heh » marmonna-t-il, enlevant son sous-vêtement, réalisant qu'il fait froid dans la pièce en ce jour de début septembre.

Heather le regarde, « Cute ».

Après quelques minutes, Jenny mentionne en ricannant « Ouf, c'est bizarre ».

« Jennifer, je peux te poser une question ? » demande Chip.

Jenny, essayant de porter son attention sur le sujet du dessin plutôt que le corps mâle nu, répond « Bien sûr ».

« Es-tu consciente que tu es toute nue en ce moment ? »

« C'est à dire ? »

« Bien, quand je vous ai surpris dans la chambre, j'ai pensé que Heather allait éclater lorsqu'elle m'a crié que je ne dois rien dire à personne à l'école. Mais toi, ça a été l'indifférence totale. »

« Ouais » ajoute Heather, étangement à l'aise en présence de Chip.

« Et puisque tout le monde sait que tu dois faire du nu pour la classe, je me pose aussi des questions » demande Chip. Après une demi-minute de silence, Chip demande « Et alors, Jenny ? »

« Si tu insistes. En chemin au camp d'été, l'autobus est passé sous un pont bas et les bagages sont une perte totale. Le camp fournissait la majorité des uniformes de toute façon, et ont remboursé papa et maman pour les pertes, mais il reste que la moitié des participants n'avaient pas de maillot. On a donc décidé de se baigner nus durant les deux semaines. Au début, ils ont assigné les filles en avant-midi et les garçons en après-midi, mais peu après, l'eau froide du matin était intolérable pour les filles pendant que les garçons profitent de la meilleure température. Une douzaine d'entre nous se sont carrément déshabillées durant le cours d'artisanat en après-midi pour rejoindre les garçons. Les moniteurs ont tenté de nous arrêter, mais une fois qu'ils ont réalisé qu'on avait que du plaisir en groupe mixte, ils nous ont laissé faire... Donc, des corps nus, y a rien de nouveau pour moi... »

« Ah » disent tous les deux en unison.

« Dis Chip, ça te dérange pas si je te dessine pendant quelques minutes ? »

À ce moment exact, Charlene, une autre amie d'Heather, ouvre la porte sans frapper. Décidément, quelqu'un aurait dû penser à barrer la porte après la visite inattendue de Chip. « Hey... vous autres... »

« Hey Charl, entre ! » soupire Heather.

« Euh, OK. Est-ce que j'interrompt quelque chose ? »

« Non, on fait juste aider Jen avec son projet artistique ».

« Je... saisis... »

« Si tu veux te mettre à l'aise comme nous, t'es la bienvenue » ajoute Jenny. « Prend ça comme ta première journée en tant que mannequin ».

« Moi, mannequin ? » demande-t-elle, ses yeux s'illuminant. « Pourquoi pas? », rhétoriquement.

Chip a toujours eu le béguin pour Charlene. Elle est enjouée et lui a laissé souvent entendre une relation imaginaire au fil des ans, ce qui empire son engouement pour elle. Charlene est une fille attirante et allait parfois donner l'excuse bidon « Ah non, je sors avec Chip vendredi prochain ». Pendant que Charlene retire son chandail, révélant son soutien-gorge, pauvre Chip a eu une réaction. Il ne l'a pas réalisé au début, captivé par la situation. Jenny, toujours préoccupée par dessiner Chip, le remarque, ricannant. Heather vire la tête afin de déterminer ce qui la fait rire, et met sa main sur la bouche sous le choc. Chip avait les yeux tellement rivés sur Charlene qu'il n'a toujours pas remarqué sa réaction jusqu'à ce que Charlene, soutien-gorge en main, le dépose sur son... érection.

« Accroche-le bien pour moi, Chipper » lui faisant un clin d'oeil.

Il regarde vers le bas et remarque ce qui est évident pour toutes. « Wow! Hey, désolé les filles » dit-il en déplaçant le soutien-gorge, essayant de repositionner ses jambes. À ce point-ci, Charlene ne porte qu'un sourire ironique. Chip reprend contact visuel avec elle, et prend de nouveau conscience de son érection. « Oh, bon dieu » dit-il par frustration.

« Ça va, Chip, tu n'as pas fait exprès » dit Heather.

« Ouais Chipper, ça ne veut rien dire » dit Charlene.

« Ça ne te dérange pas, Jenny ? » demande Chip.

« Pas du tout, "ça" va disparaître aussitôt que "ça" va réaliser que Charlene n'est pas intéressée de toute façon ».

Les filles rient, Chip est encore plus embarassé par le commentaire, mais trouve moyen de dire « Merci d'être compréhensive, les filles ».

« En fait, je dois attendre que tu sois calmé de toute façon pour les besoins de l'oeuvre d'art. Pendant ce temps, je vais aller verrouiller la porte arrière avant que la classe entière d'Heather décide de nous visiter » dit Jenny.

« Je te rejoins » dit Heather, « j'ai besoin d'une collation ».

« Je prendrais bien des chips ou quelque chose du genre » dit Charlene, « Tu viens, Chipper mon chéri, ou as-tu besoin d'un volant pour guider cette chose ? »

« Tu ne m'aides pas du tout » dit Chip, d'une voix triste.

« Tu m'excuseras d'agir de cette manière, Chip, je n'ai juste pas l'habitude de me mettre dans de telles situations ».

Il pense pour un moment. « Excuses acceptées, Charl. Bon Heather, où se trouve la collation que t'as mentionné tout à l'heure ? »

La porte arrière verrouillée, le groupe se retrouve dans la cuisine puis le salon, dévorant de la malbouffe comme tout adolescent. Charlene commence soudainement à rire. « Vous savez, c'est la disance la plus loin que j'ai jamais été de mes vêtements ? »

« Comme si tu faisais quelque chose que tu n'es pas censé faire, même si tu es né de cette façon », dit Heather philosophiquement.

« Ouais en fait, je me sens un peu nerveux. Je veux dire, et si quelqu'un entrait dans la cuisine à ce moment-ci ? Nos vêtements sont au deuxième étage », a déclaré Chip, de retour à son état normal.

« Comme qui ? »

« Comme n'importe qui de l'école ! »

« De toute façon, la porte est barrée, et personne d'autre a une clé de la maison, inquiétez-vous de rien » dit Heather avec confiance.

Et à ce moment-là, le son d'une clé entrant dans une serrure est entendue dans le salon. La porte s'ouvrit, révélant les quatre jeunes aux parents d'Heather et Jenny, d'un air consternés.

---------------

L'histoire a ses erreurs de logique, mais demeure tout de même intéressante.
- Un cours d'art à l'école secondaire, ça va, mais des modèles nus, on réserve ça habituellement pour le collège et l'université, question de meilleur contrôle des hormones et de maturité. En tout cas, pour les États-Unis prudes et le Canada.
- Les amis d'école qui entrent dans la maison de tes parents par la porte arrière sans invitation préalable ou sans t'envoyer un texto ou appeler, sans sonner ou cogner, c'est habituellement réservé aux amis très spéciaux de la famille.
- Invraisemblance sur la mise à l'aise quasi-instantanée des personnages "textiles-par-défaut" qui deviennent full-nudistes en 5 minutes ou encore acceptent la nudité d'autrui dans un délai similaire.
- Pourquoi le petit ami de Jenny est parti en vacances 2 semaines au début de l'année scolaire ?!
- Personne n'a entendu le son de la porte de garage à la fin de la première partie ? À moins que la porte de garage soit bloquée par une voiture imaginaire de Charlene ou Chip, la voiture des parents stationnée dans l'entrée ?
- Il me semble qu'ils allaient voir un film (minimum 90 minutes) après leur souper au resto, mais la session de Jenny à partir du "on a oublié les billets » jusqu'à la pause collation ne semble pas compenser suffisamment en temps.


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: Les histoires de bobettebob
Message Publié : 24 Fév 2017, 15:39 
Administrateur Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 08 Sep 2014, 17:52
Message(s) : 1680
Maudit que ça me rappelle des souvenirs... Cette histoire était écrit sur un forum/hébergeur appelé "Braveheart' ou quelque chose du genre à l'origine - il a avait, si je me souviens bien, trois itérations de ce site d'histoires 'naturistes' et chacun d'eux a fini par être 'fermé' à tour de rôle quand l'un ou l'autre membre de la "majorité morale' s'est plaint du contenu supposément pornographique du site. J'ai déjà participé à plusieurs histoires (mes histoires "L'enseignante" et "San Francesco" y ont eu leur naissance) mais, pour le plupart, ces histoires étaient du genre que j'avais décrit ainsi sur le blog de Nude Scribe...
Cor a écrit :
Il était jadis modérateur sur un site d’auteurs amateurs naturistes, où, selon lui, l’histoire naturiste typique ne fit aucune prétention vers la motivation psychologique des personnages. Un personnage vêtu remarqua une autre personne nue en train de se bronzer et « au lieu de crier ‘I I I I K !’ et de fuir dans l’autre direction, s’approcha et dit ‘Je vois que vous êtes nu. Ça a l’air amusant. Puis-je me joindre à vous ?’ ‘Certainement !’ ‘Tenez… Regardez ! Nous sommes nus, ensemble… N’est-ce pas amusant !’ Fin de l’épisode. » L’épisode suivant aurait un nouveau personnage mais le même dialogue, et ainsi de suite. En plus de la piètre qualité de la narration, une autre faute fréquente dans ce genre d’histoire, dit Cor, est le besoin constant de « spécifier (habituellement, une fois par paragraphe) que le personnage était nu. »

L'article au complet que je cite se trouve < ici >


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: Les histoires de bobettebob
Message Publié : 27 Fév 2017, 14:27 
Ami très actif
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 12 Juil 2015, 12:30
Message(s) : 382
Localisation : Montréal
Soeur Modèle, partie 2

Charlene, Heather et Chip tentent simultanément et sans succès de se couvrir, alors que Jenny garde la pose naturellement et par indifférence. « Papa, maman, je vous présente mon équipe de modèles ! ».

John, le père de Jenny et Heather, regarde les quatre adolescents nus. « Venez tous avec moi, il y a quelque chose que je dois vous montrer ».

En montant les escaliers, Chip demande « Heather, as-tu une idée de ce que ton père veut nous montrer ? »

« Pas du tout ». Entrés dans la chambre des maîtres, John ouvre la porte du garde-robe et sort un rouleau contenant des papiers, et le déroule sur le lit pour le montrer aux ados. C'est le dessin d'une femme nue qui ressemble beaucoup à Heather.

« C'est le dessin que j'ai fait de votre mère durant le cours d'art. »

Michelle, la maman, entre dans la chambre. « Quand est-ce que ça a été fait, maman ? » demande Jenny.

« Au collège. C'est là qu'on s'est rencontrés » réplique Michelle.

« Je peux pas croire que t'as déjà été mannequin » dit Heather.

« C'était une bonne façon de se faire de l'argent de poche en allant à l'école. Je n'avais jamais fait une chose pareille avant que ma colocataire me convainc de l'essayer. Je suis fière de l'avoir fait pour cette belle rencontre ».

« Je ne peux pas croire la ressemblance avec Heather » dit Chip.

« Je n'avais jamais remarqué la ressemblance, mais ça m'est venu à l'esprit immédiatement en voyant Heather dans son état actuel. » dit John. Heather rougit un peu et commence à se sentir timide lorsque tous les yeux sont rivés sur elle. Elle tente d'agir comme si ça ne la dérange pas mais ne peux s'empêcher de placer ses mains pour se couvrir un peu.

« Ok tout le monde, le spectacle est terminé. On commence à rendre Heather inconfortable » dit Michelle.

Il commence à être tard, Chip et Charlene se sont rhabillés et retournés chez eux, mais ont accepté de revenir demain pour aider Jenny. John et Michelle, fatigués, sont allés se coucher. Heather et Jenny ont décidé de terminer au moins un dessin. « Jamais j'aurais pensé que maman a servi de modèle nu. Ça doit être héréditaire dans la famille » blagua Jenny.

« Haha, très drôle. Lorsqu'ils sont entrés dans la maison et nous a vu tout nus, je me suis tout de suite imaginé qu'ils auraient pété les plombs. Je me doutais bien de quelque chose lorsqu'ils ne se sont pas arrêtés à ce détail » dit Heather.

« On a des parents géniaux ! ».

Un des dessins terminé, c'est maintenant l'heure du dodo. Heather enfile son pyjama alors que Jenny retourne dans sa chambre au naturel avec son équipement. Le lendemain matin, Jenny descend dans la cuisine pour le petit déjeûner. Au moment de s'asseoir pour manger ses céréales, son père arrive.

« Tu devrais mettre une serviette avant de t'asseoir sur cette chaise de cette façon » dit-il.

« Et si je promet de m'asseoir sur une serviette, je peux rester comme ça ? »

« Ça ne me dérange pas du tout, mais aucune idée si ça dérange ta mère ou ta soeur » répond-il. Jenny va chercher une serviette et croise Heather en sortant de la chambre de bains.

« As-tu oublié de t'habiller ce matin ? »

« Papa a dit que c'est pas nécessaire ».

« Parfois, petite soeur, tu es bizarre ». Heather se rend à la cuisine. « As-tu dit à Jenny qu'elle n'a pas besoin de s'habiller ? » demande-t-elle à son papa.

« Bien sûr que oui. Est-ce que ça te pose problème ? »

« Après hier soir, j'en ai aucune idée » soupire Heather, « J'ai aucun problème avec ça, mais c'est elle qui va subir les conséquences quand je vais commencer à me moquer d'elle. »

Cinq minutes plus tard, les deux soeurs prennent leur déjeûner à la table, Heather en pyjama et Jenny nue sur une serviette. Apparemment, Heather a décidé de garder ses moqueries pour plus tard. Maman entre dans la cuisine et prétend n'avoir rien remarqué de différent. Les soeurs montent à l'étage sans rien dire et se préparent pour l'école. De retour à la maison après l'école, Heather monte dans sa chambre pour faire ses devoirs. Une fois hors de vue, Jenny reprend la serviette utilisée au matin, la dépose sur le divan, allume la télé et se déshabille. Un peu plus tard, le téléphone sonne, Heather répond à l'étage et crie à sa soeur que c'est Chip et qu'il veut lui parler. Jenny décroche.

« Salut Jenny, écoute, je me demandais si toi et Heather avez encore besoin d'aide pour tes dessins ? ».

« On en a terminé un hier soir, mais j'ai toujours besoin de modèles pour mon projet » répond Jenny.

« Bien, je serai prêt à vous aider si vous avez besoin de moi. Faites-le moi savoir ».

« Excellent. Dans combien de temps peux-tu venir ici ? »

« Dans environ une heure ».

« Excellent. À tantôt ! ».

Jenny est heureuse que Chip a offert son aide. Au début du projet, Jenny était inquiète qu'elle ne trouverais pas de mannequin. Et maintenant avec Heather, Chip et Charlene se portant volontaires, elle a maintenant du choix, et c'est encore mieux avec l'approbation de ses parents puisqu'elle n'a pas besoin de leur cacher. Plus tard, Chip sonne à la porte, Jenny répond, bien placée derrière la porte en dépassant la tête, laissant entrer Chip.

« Merci d'être venu m'aider, Chip. »

« Aucun problème. Est-ce qu'on devrait faire venir Heather avant de commencer ? »

« Je pense qu'Heather va passer son tour aujourd'hui. Il n'y aura que toi et moi. » Chip était un peu déçu puisqu'il espérait revoir Heather, mais puisqu'il a promis d'aider Jenny, il ne peut plus reculer. « Je vais aller chercher mon équipement pendant que tu te prépares. »

Au retour de Jenny, il était décidé de prendre une pose confortable dans l'allée qui mène au salon. Chip est maintenant beaucoup plus comfortable qu'hier soir, il n'y a donc aucun moment embarrassant pour lui. Durant la pause, Heather descend dans la cuisine et les aperçoit. « Hé bien, quelle belle surprise. Je vais bientôt m'habituer à voir ceci », souriante, puis donne une petite tape sur la fesse de Chip.

« Ha ha, très drôle, Heather. Je pense que Chip est très brave d'offrir son aide ».

« Ben d'accord... Je suis juste surprise que les choses ont changé vite. Il y a deux jours, j'aurais jamais imaginé voir Chip tout nu dans notre cuisine, et pour couronner le tout, tu es là avec lui ».

« Hé bien, habitues-toi parce que tu me verras désormais plus souvent avec ce genre d'habillement dans la maison » dit Jenny, déterminée.

« On a créé un monstre ! » dit Heather en retournant dans sa chambre pour terminer ses devoirs.

Jenny et Chip sont retournés au travail. Alors que le travail est presque terminé, la mère de Jenny entre à la maison.

« Je pense qu'on devrait terminer ça demain » dit Chip, à la recherche de ses vêtements.

« T'inquiète pas pour ma mère. Elle sait que j'ai besoin de faire quelques dessins et elle a approuvé hier. De toute façon, j'ai presque terminé. »

« Presque termin avec qu--oh » dit Michelle, interrompue en voyant la scène entre sa fille et Chip nu dans son salon.

« Désolé les enfants, je ne fais que passer ».

« Aucun problème Mme White. Ça ne me dérange pas » dit Chip avec confiance.

« Ouais maman. Viens t'asseoir ici, regarde comment ça se termine un chef-d'œuvre » dit Jenny en riant avec un accent français.

« Très bien ». Quelques minutes plus tard, Michelle se demande. « Jenny, combien de dessins as-tu besoin ? »

« J'en ai besoin que de quatre, maman. Pourquoi ? »

« Je me demandais si tu as besoin d'un autre modèle ». Chip rougis. Jenny s'arrête. « Mais quoi ? » dit Michelle tout fort.

« Bien, j'ai presque terminé avec celui-ci de Chip et celui que j'ai terminé hier soir avec Heather. La moitié du chemin est faite » répond Jenny.

« Si tu as besoin de mon aide, je serais heureuse de te servir de modèle » dit Michelle.

« Je suis un peu fatiguée après celui-ci. Peut-être après souper » dit Jenny.

« Oh, ça me rappelle qu'il faudrait bien préparer le souper. J'étais tellement captivée par vous deux que j'ai complètement oublié. Je ne sais pas quels sont tes plans, Chip, mais tu es la bienvenue à souper ».

« Merci. Je vais appeler ma mère pour lui demander » dit Chip.

Les émotions de Chip ont été dans les montagnes russes durant la conversation mais il est heureux puisqu'il aura la chance de voir la mère de Jenny. Michelle a préparé le souper et quinze minutes plus tard, Jenny a terminé le travail. Chip et Michelle sont tous les deux venus voir le résultat final. Chip est heureux puisque le dessin n'est pas trop détaillé pour qu'on puisse le reconnaître. Jenny sait qu'elle peut faire mieux, mais est contente de ses premiers résultats. Elle ramasse son équipement, l'emportant dans sa chambre, laissant Chip nu avec Michelle.

Se sentant un peu inconfortable, Chip décide d'appeler sa maman pour obtenir la permission, qui est d'accord mais il ne doit pas revenir trop tard. En raccrochant, Michelle lui offre quelque chose à boire et lui dit « Merci d'aider Jenny dans son projet ».

« Oh, de rien, j'ai vraiment aimé ça ».

« Tu sembles t'être ajusté avec la nudité. Je me souviens de ma première fois, j'étais nerveuse, mais soulagée qu'il n'y avait personne que je connais lors de la première classe. T'as plus de courage que moi. Je ne pense pas que j'aurais accepté de me mettre nue devant quelqu'un dans ma classe, et définitivement pas devant leurs parents ».

« C'est un peu bizarre pour moi d'être ici à parler avec vous mais vous semblez tellement à l'aise que j'oublie mon état actuel. »

« Ça ne me dérange pas du tout. Je suis contente que tu es confortable de te montrer nu devant moi. Aucun jeune de dix-sept ans serait aussi mature ».

« Vous devez remercier votre fille pour ça », réplique Chip.

« Bien, je préfère ne pas lui dire comme ça, ce sera notre petit secret. Je veux éviter que ça lui monte à la tête ».

Jenny redescend dans la cuisine, aide sa mère à préparer le souper et la table. Au retour du père de Jenny, ils appellent Heather pour le souper. Chip et Jenny sont les seuls nus à la table et les autres acceptent la situation. Après le souper, Michelle demande à John et Heather s'ils pourraient bien faire la vaisselle pendant qu'elle va aider Jenny avec ses dessins. « Où veux-tu procéder ? » demande Michelle.

« Le salon est le meilleur endroit ».

« Très bien. Est-ce que je me déshabille ici, maintenant ? »

« Ça m'est égal ».

Après avoir enlevé tous ses vêtements, elle lance un petit ta-da!, puis demande « Comment tu veux que je me place ? »

« Je dois travailler sur les bras et la musculature de dos.

« C'est à dire ? »

« Pourrais-tu faire semblant de ramasser une tasse de café sur la table ? Ne bouge plus! C'est parfait ! ». Michelle ne bouge plus à mi-chemin d'un mouvement, à moitié penchée sous l'instruction de Jenny. « Pourrais-tu essayer de tenir cette pose pour quelques minutes, mais confortablement ? » demande Jenny.

« Bien sûr, mais j'aurai définitivement besoin d'une pause après dix minutes ».

« D'accord, maman ».

Chip se repositionne sur le sofa afin de ne plus avoir une vue directement sur le postérieur de Michelle. Heather vient voir dans le salon avec un air surpris au visage. « C'est contagieux » dit-elle en riant. « La prochaine personne qui entrera par la porte principale sans frapper sera accueilli par un beau paillasson ».

Michelle rit de la blague. « Chip, aurais-tu la gentillesse de barrer la porte, s'il te plaît ? Heather a raison. Je voudrais éviter qu'un voisin entre et me voit de cette façon ». Chip se lève et verrouille la porte. Au moment de s'asseoir, la porte s'ouvre d'un millimètre avant que le verrou fasse son travail, suivi d'un cognement fort. Tous tentent de repérer leurs vêtements pendant que Heather rit hystériquement à la situation en regardant par l'oeil de la porte, reconnaissant Charlene.

« Relaxez, tout le monde, c'est juste Charlene ».

« Puis-je entrer ? ». Heather débarre la porte, puis en l'ouvrant, voit que Charlene est accompagnée de Bob, son jeune frère de dix ans. Bob voit des gens nus derrière elle, regarde Heather et lui demande « Qu'est-ce qu'ils font là tout nus ? »

« Mon père et moi sont les seules personnes normales dans la maison pour rester habillés. Tu devrais plutôt poser ta question directement à l'un de ces trois-là » répond Heather, en pointant sa soeur, sa mère et Chip. Charlene est réjouie qu'elle les a surpris encore une fois. Chip prend instinctivement un coussin et le place entre ses jambes alors que Michelle se réfugie dans la cuisine. Jenny est restée là, donnant à Charlene un regard sévère.

« Ils m'aident tous pour mon devoir d'école. Je dois faire des dessins et ils ont dit que je peux les dessiner », explique Jenny.

« Mais pourquoi ils sont nus ? » demande Bob, toujours confus.

« Hé bien, lorsqu'on fait des dessins académiques, le sujet est habituellement nu. Demande à ta soeur. Elle m'a aidé hier » répond Jenny.

Bob retourne son regard vers sa soeur, soudainement pas si heureuse et rougissant. « T'étais toute nue avec eux ? »

« Ouais Charlene, dis-lui que tu étais nue avec nous hier soir », dit Chip.

« Bien... euh... »

« Pourquoi ? »

« Parce que Jenny avait besoin de dessiner quelqu'un ».

« Oh... », dit Bob avec compréhension.

« Ne me regarde pas comme ça ! Heather et Chip étaient là eux aussi ».

« Donc, c'est un club privé ? »

« Non, ce n'est pas comme un club. Je voulais juste faire un peu de mannequinat pour le plaisir ».

« C'est amusant ? »

« Ouais ».

« Je peux essayer ? »

Tout le monde fige. « Pourquoi ? » demande Charlene.

« Pourquoi pas, grande soeur? »

« Es-tu certain que tu veux te mettre tout nu devant tout le monde, Bob ? » Bob hocha de la tête et retire son chandail. Charlene s'adresse alors à Jenny « Est-ce que tu veux aussi dessiner mon petit frère ? »

Jenny détourne son regard vers ses parents, puis vers Charlene, et lève les épaules. À ce moment-là, Bob est déjà nu. Jenny discarte son projet actuel pour en commencer un nouveau. Remarquant que Bob s'est déshabillé si vite, Chip et Michelle réalisent qu'ils n'ont plus besoin de se couvrir. Chip se débarrasse du coussin pendant que Michelle revient dans le salon.

« Il me vient une idée. Jenny pourrait faire un dessin de groupe avec moi et les autres. Et si John pourrait nous rejoindre, ça serait encore mieux » dit Michelle.

John est pris au dépourvu lorsque tous les regards se tournent vers lui à l'attente d'une réponse. Il n'a aucun problème avec la nudité autour de la famille, et même si Heather reste habillée, il n'y voit aucun problème. Il est plus préoccupé par la présence de Charlene, qui demeurera habillée durant la session. Il serait impoli de lui demander de partir parce que son petit frère fera partie de la session et est sous sa supervision. Et il n'ose pas non plus lui demander de se déshabiller.

« Qu'est-ce que t'en penses, papa, veux-tu m'aider ? » demande Jenny.

----------

Après la publication de la première partie, j'avais songé à changer quelques éléments de l'histoire, et finalement décidé de rester fidèle à la version originale, avec ses défauts.

- Puisque Charlene et Chip ont promis de revenir le lendemain pour aider Jenny, signifie qu'il y aura de la nudité, pour quelle raison Charlene a-t-elle emmené son petit frère ?
- Pourquoi Charlene ne ferait-elle pas partie du dessin de groupe ?


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: Les histoires de bobettebob
Message Publié : 28 Fév 2017, 16:35 
Ami très actif
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 12 Juil 2015, 12:30
Message(s) : 382
Localisation : Montréal
Soeur Modèle partie 3

« Je suppose que oui. En autant que tout le monde soit d'accord » réplique John.

Charlene est contente que tous approuvent. Lorsqu'elle est arrivée, elle était contente de revoir Chip, et maintenant elle pourra voir le père de Jenny et Heather, tout nu, pas d'bas ! Chip est le premier garçon qu'elle a pu admirer nu et maintenant elle pourra voir à quoi ressemble un homme à maturité. Elle a hâte de comparer leurs corps. Afin de satisfaire sa curiosité, elle suggère la mise en place : Michelle assise sur une chaise, Bob sur ses genoux, ainsi que John et Chip de chaque côté. Tous étant d'accord avec cette posture, John se déshabille et prend position, alors que Heather décide de retourner dans sa chambre pour lire un livre pas manque d'intérêt, mais Charlene est restée et observe le travail de Jenny. Le dessin a été complété un peu plus d'une heure plus tard. Elle a donc un dessin de Heather, un de Chip, un de sa mère et un de sa mère et les garçons. Son projet est maintenant complété.

[NDLR : Imaginons qu'après le dessin du groupe et une pause, Jenny a complété le dessin avec sa mère qui a été interrompu à l'arrivée de Charlene.]

À l'école le lendemain, Jenny dit à son professeur qu'elle a complété son devoir et qu'elle est prête à les remettre. Le professeur d'art, Steven Edwards, est content d'apprendre qu'elle a pu compléter le travail aussi rapidement, puisque la plupart des autres étudiants ont de la difficulté à trouver des modèles.

« Ma famille m'a soutenu et mes amis m'ont aidé », explique Jenny.

« Pensez-vous que l'un d'entre eux serait intéressé à poser pour nos autres étudiants ? Peut-être même leur donner rendez-vous pour la classe. Qu'en penses-tu ? » demande Steven.

« Je peux leur demander mais aucune promesse. » répond Jenny. De retour à la maison après l'école, et assemble sa famille pour parler de la demande de M. Edwards. Elle va aussi en parler avec Chip et Charlene séparément ce soir.

« Je voulais vous laisser savoir que j'ai remis aujourd'hui mes dessins. M. Edwards dit que j'ai été la première et je voulais en profiter pour vous remercier pour toute votre aide précieuse ».

« Ça nous a fait plaisir de t'aider » dit John.

« M. Edwards m'a expliqué que d'autres étudiants ont de la difficulté à se trouver des modèles, et m'a demandé si l'un de mes modèles serait intéressé à les aider. Je lui ai dit que je vais demander sans rien promettre. »

« On va à la même école, et je connais plusieurs de tes cammarades de classe. Je mourrais de honte avant de me mettre toute nue devant une classe de troisième année » dit Heather. Heather est en cinquième année et ses camarades de classe pensent que c'est pas cool de socialiser avec les jeunes des classes précédentes, encore moins de se déshabiller devant eux, Jenny a donc conclut que Heather refuserait la proposition. Ses parents, par contre, n'ont pas dit non.

« Qu'est-ce que vous en dites ? » demande Jenny, en direction de ses parents.

« Je pense qu'il serait préférable d'en parler avec M. Edwards. Aider est une chose. Poser pour tes camarades de classe est complètement différent. » dit Michelle.

« Je suis convaincue qu'il aimerait vous en parler. Tenez-moi au courant ».

Le lendemain à l'école, Jenny mentionne la discussion de la veille à M. Edwards. Il a déjà reçu un coup de fil de Michelle et va rencontrer ses parents après les cours.

« Je me rappelle qu'au début du projet, vous avez dit que les étudiants ne peuvent pas devenir sujets, mais si vous avez vraiment besoin de modèles, je peux offrir mon aide », dit Jenny.

« Si tu es sérieuse, je peux en parler avec le directeur. En réalité, cette restriction entre étudiants est sa décision. »

« Je suis confortable de le faire » dit Jenny.

« D'accord, je m'informe et te reviens là-dessus ».

Après les cours, Jenny se préparait pour retourner à la maison lorsque M. Edwards la croise dans le couloir.

« J'ai une bonne nouvelle. J'ai parlé avec le directeur et il a reçu l'approbation de la commission scolaire pour que les étudiants puissent servir de modèles. J'ai laissé le mémo à tes camarades de classe, attends-toi à recevoir quelques appels ».

À son retour à la maison, Heather lui remet la liste d'une dizaine de numéros de téléphone à rappeler. « Bon retour, Mademoiselle Populaire, Que se passe-t-il ? »

« J'ai eu une proposition » dit Jenny.

« Pourquoi ais-je l'impression que cette histoire se terminera en prison ? »

« Non, rien de négatif ».

« Explique alors ».

« J'ai parlé avec M. Edwards aujourd'hui et j'ai pensé que... tu pourrais peut-être servir de modèle pour ma classe. Je savais déjà que tu allais refuser. Mais le département des arts a un surplus de budget cette année... »

« Noooon »

« ... et il y a de l'argent, Heath ! »

« Genre, achète une voiture avec ça ? »

« Non, plutôt, assez pour passer les vacances du mardi gras avec Chris ».

« Sérieusement ? »

« Ouep ! Je me suis arrangée pour que, si tu le fais deux fois par mois, combiné avec le salaire à ton travail actuel, tu en auras suffisamment pour payer au moins la moitié. J'en ai parlé avec papa, il a accepté de fournir le reste ». Jenny lui tend une feuille de papier contenant des colonnes de chiffres, évaluant le coût total pour le voyage à Miami que Heather a achalé à plusieurs reprises à ses parents. La grille détaille son salaire mensuel à l'épicerie, plus ses sessions de modèle, moins les dépenses hebdomadaires dont ses sorties avec Chris et ses amis. Heather est dans tous ses états. Elle regarde sa soeur, non pas comme sa petite soeur mais pour la première fois comme une vraie personne, une entitée séparée. À l'avenir, elle se souviendra de ce point tournant dans sa relation avec sa soeur comme une égale.

« T'as tout manigancé ? » elle lui demande, toute étonnée.

Jennifer affiche son sourire "Je suis trop jolie pour que tu sois choquée contre moi", puis fait signe de tête. Argh, se dit Heather, dans une situation impossible. « Tu ne deviendras pas peintre, mais plutôt avocate du diable ! ».

« Et à partir d'après-demain, tu deviendras la première modèle payée par Woodrow Wilson High. »

Heather reste bouche-bée. Ça y est, c'est une offre qu'elle ne peut refuser. Elle aura tout simplement besoin d'ignorer les répercussions sociales qu'auront ses sessions de modèle puisque la compensation monétaire lui permettra d'atteindre son objectif.

« Tu seras contente d'apprendre que Chris, Jeff et moi, on fera le même boulot que toi ».

« Et maman dans tout ça ? Il me semble qu'elle était aussi impliquée ».

« Le directeur a dit que la présence d'adultes pourrait causer des problèmes au niveau juridique. Je me demande juste comment lui annoncer la nouvelle. C'est quelque chose qu'elle voulait faire ».

« Je m'en occupe ! »

« Donc, tu dis oui ? »

« Bien sûr que oui ! Il ne reste que sept mois d'école, de toute façon. Je m'inquiète juste de ce que les autres vont dire. »

« Ils vont se la fermer lorsqu'ils verront le chèque du département des arts ».

« Ça serait mieux comme ça, autrement, je consulterai mon avocat ».

« Quid pro quo, Heather. Quid pro quo ».

« Dis, quand est-ce que t'en as parlé avec Chris et Jeff ? »

« Jeff était déjà au courant du projet et m'a dit qu'il pourrai servir de modèle pour moi. Je crois l'avoir mentionné lorsque je t'ai demandé de m'aider. Je lui ai dit que je le mettrai à l'aise en me mettant nue pendant la session. »

« Oui, je m'en souviens ».

« Mais il était hors de la ville lorsque j'en avais besoin, c'est pourquoi je me suis tournée vers toi. Puisque plusieurs étudiants ont eu des problèmes pour se trouver des modèles, la date butoire a été déplacée pour la fin de la saison. Jeff est donc devenu disponible. »

« Et pour Chris ? »

« Lorsque mon professeur a su que j'allais aussi servir de modèle, la nouvelle s'est répandue rapidement. Chris a entendu les rumeurs et m'a questionné. Je t'ai probablement un peu trahie, mais je lui ai dit que tu m'as aidé. Honnêtement, c'était son idée que je vienne te parler des sessions payantes pour te convaincre de changer d'avis.

« Ah, ce petit diable en personne ».

« Ouais, et ça a fonctionné. Et c'est pas fini. »

« T'as probablement raison. Au fait, est-ce que Jeff t'as vu toute nue ? » demande Heather.

« Non. Et Chris, il t'as vu ? »

« Non ».

« Dans ce cas, il faudra les inviter ici pour leur permettre de surmonter la phase malaisante initiale. Rappelle-toi de Chip devant Charlene... »

« Je m'occupe d'annoncer la nouvelle à maman et lui demander si l'on peut inviter les garçons. Imagine la conversation, je lui annonce qu'elle ne pourra pas être modèle à l'école, puis lui demander si on peut inviter nos petit-amis tout nus avec nous pour le weekend. »

« Bonne chance » dit Jennifer pendant que Heather se dirige vers la cuisine. Michelle semble avoir été piquée à l'idée de la nudité à la maison, préparant le souper.

« Écoute, maman, je dois te parler à propos des affaires de Jenny. Elle vient de m'apprendre que toi et papa, vous allez m'aider financièrement pour le voyage avec Chris, et je l'apprécie beaucoup. »

« Ça nous fait plaisir, ma grande ».

« Elle m'a aussi dit que Chris et Jeff vont fournir leur aide pour les cours d'arts. »

« Je ne le savais pas. Je suis contente d'apprendre qu'ils vont aider. Es-tu au courant que moi et papa, on ne pourra pas y participer ? »

« Ouain, je suis certaine que Jen apprécie votre implication. Ce que je suis venue te demander, est-ce qu'on peut inviter Chris et Jeff pour passer quelque temps avec nous ? »

« Bien sûr, ils sont toujours la bienvenue ».

« Pour être plus précise, je me demandais s'ils pourraient être tout nus durant leur séjour ici. Comme ça, ils auront surmonté toute nervosité avant l'école ».

« Je vois ce que tu veux dire. Leur en as-tu parlé ? »

« Oui. Ils pensent tous les deux que c'est une bonne idée ».

« Dans ce cas-là, je n'y voit aucun problème. laisse-moi savoir si tu veux que je fasse quoi que ce soit ».

« Merci maman » dit Heather, retournant voir Jen.

Jen et Heather appellent leur petit-ami respectif au téléphone et acceptent tous les deux de venir passer la fin de semaine pour s'acclimater à la nudité sociale.

Samedi matin, Jen et Heather se sont levé plus tard, réveillées par les voix provenant d'en bas des escaliers. Jen se lève en premier et se dirige vers la cuisine sans rien enfiler, où elle aperçoit ses parents, nus, parlant avec Chris et Jeff, toujours habillés. Avant d'avoir le temps de réagir, Heather, nue, entre elle aussi dans la pièce.

« Bon matin, les paresseuses » dit leur père.

« Qu'est-ce que vous faites ? » demande Heather à ses parents.

« Le petit déjeûner » répond Michelle.

« Pas ça. Pourquoi êtes-vous nus ? »

« C'est beaucoup plus agréable. De toute façon, on s'est mutuellement vu dans notre habit de peau durant les sessions de dessin, j'ai pensé qu'on en serait désormais habitués. »

Jeff se lève et commence à se déshabiller. Chris l'arrête. « On n'est pas obligés de se déshabiller maintenant ».

« Je sais, mais ça ne sert à rien de reporter l'inévitable ».

Ceci dit, Jeff continue de se déshabille. Chris quitte la pièce et Heather le suit. « Quelque chose ne va pas ? »

« Non... »

« Où est-ce que tu vas ? »

« Dans la salle de lavage ».

Quelques minutes plus tard, Chris rejoint le groupe, nu avec une serviette en main. « Je devais me préparer mentalement ».

John descend des escaliers et voit les quatre adolescents. John leur dit « Vous savez quoi ? Il n'y a aucun dessin de Jenny ».

Jenny réplique « Il ne peut pas y en avoir puisque c'est moi qui les fait ».

« Oui mais, tu n'es pas la seule artiste dans la famille. Tu te souviens du dessin de ta mère que je vous ai montrés ? J'ai dans l'idée que je pourrais replonger dans le domaine en vous dessinant tous les quatre, et en même temps ça vous donnera l'occasion de vous préparer mentalement en tant que sujet » dit John. Puisque la situation est toujours malaisante, ils acceptent, dans l'espoir que cette activité pourra détendre l'atmosphère. Après la préparation des équipements empruntés de Jenny, les sujets prennent position.

« Alors Jenny, c'est pour quand ta grande première comme modèle devant la classe ? » demande John.

« M. Edwards nous attend lundi après l'école ».

Durant la discussion, Heather se remettait en question. Elle est contente que Chris et Jeff aient offert leur aide et pense que ce sera plus facile si elle n'est pas seule modèle sur place. Elle espère que Chip et Charlene feront aussi partie du groupe.

« Quelqu'un a parlé avec Chip et Charlene ? » demande Heather.

« Je leur ai parlé tout à l'heure et tous les deux sont un peu nerveux, puisqu'ils ne sont pas confortable d'aborder le sujet avec leurs parents, ils ne pourront malheureusement pas être des nôtres lundi. Peut-être la prochaine fois. » réplique Jennifer.

« J'espère que c'est plus facile à l'école que dans le salon en ce moment » dit Chris.

« Ce qui m'a beaucoup aidé, c'est de ne plus penser à notre état actuel. J'essaie de prendre ça relaxe et prétende qu'il n'y a personne d'autre dans mon entourage » dit Michelle, essayant de donner conseil aux adolescents nerveux.

À la fin de la journée, Chris et Jeff sont naturellement confortable autour de Heather et Jenny, et aucun incident comparable à celui de Chip. Ils sont revenus le dimanche matin pour une journée en toute nudité. Lundi matin, pour Jennifer, c'est une journée comme les autres, alors que Heather commence à avoir le trac.

« N'es-tu pas nerveuse pour cet après-midi ? » demande Heather.

« Qu'est-ce qu'il y a de spécial ? »

« Juste le fait qu'on sera tous les quatre tous nus devant tes camarades de classe durant quelques heures. »

« Ah, ça... J'ai dit que je le ferai mais je ne veux pas revenir en arrière sur une promesse. De toute façon, ma soeur et mes amis seront avec moi. Je ne pense pas que je pourrais y arriver seule. »

Après l'école, les quatre volontaires sont accueillis par M. Edwards dans la salle des arts. L'école a mis en place un studio privé pour l'occasion, équipée d'une plateforme pour les modèles ainsi qu'un isoloir pour se changer, une seule personne à la fois. Le groupe décide de s'en passer et de déshabiller ensemble, pendant l'arrivée des étudiants. Dans leur habit de naissance, la réalité les rattrapent, même Jennifer semblait nerveuse mais elle l'a bien caché en disant « C'est maintenant ou jamais », entrant la première dans la salle, à la vue des étudiants. Les trois autres entendent les réactions, mais Jeff n'allait pas laisser sa petite amie y aller toute seule, il a donc suivi derrière. Chris et Heather se regardent dans les yeux, se tiennent la main et entrent ensemble. La classe est composée de trente étudiants, moitié hommes, moitié femmes. Nos quatre volontaires reconnaissent rapidement quelques uns de leurs camarades de classe, mais la situation est différente puisqu'ils sont nus devant eux. Les étudiants mâles semblent intéressés par Heather et Jennifer, et les étudiantes par Chris et Jeff. Pour certains étudiants, c'est la première fois qu'ils voient physiquement le sexe opposé. M. Edwards prend le contrôle pour faciliter la tâche des étudiants.

« OK classe, des suggestions pour les premières poses ? »

Après discussion entre étudiants, Robert propose la suggestion populaire, des poses d'action. Jennifer prend position de quart-arrière prête à recevoir le ballon, et Jeff de le recevoir. Heather et Chris sont dans la peau de danseurs, se tenant mutuellement la balance. Environ cinq minutes plus tard, les modèles demandent de changer de place par inconfort, sous l'approbation des étudiants. Heather demande un ballon pour l'aider à prendre position, ce que M. Edwards accepte, et demande à l'occasion si d'autres objets seront nécessaires, mais la classe n'en a pas discuté en groupe. M. Edwards passe voir le progrès individuel des étudiants et prend en note des suggestions pour les prochaines positions. Sarah suggère un javelot, Robert un batte de baseball...

Pendant que Robert et Sarah se sont absentés pour récupérer des objets du département sportif et que M. Edwards reçoive l'approbation du directeur, les modèles et les étudiants parlaient entre eux sur les positions prises et décident d'alterner entre les positions statiques et d'action, afin d'aider Heather qui allait perdre l'équilibre. Après la session, les modèles étaient prêts à sortir de la salle de classe avec les étudiants jusqu'à ce qu'on leur rappelle qu'ils devraient se rhabiller. À l'extérieur, les quatre volontaires sont sur le chemin du retour.

« Première session terminée. Une bonne chose de faite. » dit Jenny.

« As-tu aimé être nue devant la classe ? » demande Heather.

« Oui, mais avoir tous les regards sur soi était intimidant ».

« Et vous, les garçons ? »

« C'était bien, mais je ferai pas ça tous les jours ».

« Moi non plus ».

Soudainement, Heather dit « Je crois qu'on nous suit ». Les quatre se retournent pour voir un groupe de six étudiants se dirigeant vers eux...

FIN.

-------------

- Faire asseoir un garçon de 10 ans nu sur les genoux d'une femme nue qui n'est pas sa mère ni sa soeur, pendant une heure pour un dessin, j'aime pas trop l'idée...
- Si Jenny a passé 2 semaines au camp d'été avec des jeunes de son âge où il se tenait des cours d'artisanat et que ce "groupe" s'est mis à l'aise avec la nudité, n'aurait-il pas été plus logique pour M. Edwards de retenir Jenny et ses camarades de classe qui ont aussi fréquenté le même camp d'été, au lieu de retenir Heather (payée) et son petit-ami Chris ?
- Mr. Edwards a communiqué le numéro de téléphone de la maison de Jenny sans lui demander sa permission au préalable ?
- L'histoire ne mentionne pas quand le camp d'été a eu lieu (fin août ? début juillet ?), et ne revient pas en flashback, mais on assume qu'après cet épisode, Jenny s'est peut-être limitée à la nudité entre la chambre de bain et sa chambre, et que le déclic a eu lieu après s'être fait surprendre à la fin de la 1re partie, mais réalistiquement, la nudité sans gêne dans cette famille aurait pu survenir quelques années auparavant étant donné que leurs parents ont un passé si "libérateur"...


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: Les histoires de bobettebob
Message Publié : 23 Mai 2017, 13:11 
Ami très actif
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 12 Juil 2015, 12:30
Message(s) : 382
Localisation : Montréal
Cette colonne d'avis a été publiée en septembre 1970.
Traduction libre (version originale plus bas) :

Chère Abby (Abigail van Buren)

Mon mari et moi avons fait plusieurs amis adorables via son travail. Un de ces couples nous a invité récemment à leur chalet pour un long weekend, barbecue et bateau au menu. Nos enfants, garçons de 17 et 15 ans étaient aussi invités. Nos hôtes ont cinq enfants, trois garçons de 19, 17 et 13 ans, et deux filles de 16 et 10 ans.

Lorsque nous sommes arrivés à leur chalet, le mari nous a dit que leurs enfants se baignent déjà et que mes garçons devraient les rejoindre. Ce qu'ils ont fait pendant que les hommes relaxaient sur le patio et que j'aidais notre hôtesse pour la préparation du souper.

Lorsque le souper était prêt, je suis allé voir les enfants et j'ai été surprise de constater que tous les garçons sont nus. Les filles portaient un maillot. Le garçon le plus âgé, élégant et bien bâti, est sorti de l'eau et s'est présenté avec une poignée de main et m'escorté jusqu'à la maison, pendant que les jeunes enfants, incluant les miens, nous suivaient.

Tous les garçons sont restés nus pendant le souper, se prélassant sur le patio. Personne n'y a porté attention. C'est devenu la règle générale du weekend, les garçons venaient nus à la table du déjeûner, nage, bateau, bronzage sur le patio, et finir la journée par un souper, nus, avec les adultes. À un moment, j'ai tenté de maîtriser mes garçons, mais mon mari s'est opposé, disant que ceci va embarrasser nos hôtes.

L'endroit n'est pas si rural. Deux douzaines de maisons ont leur cour vers ce lac, rapprochés entre eux et n'offrent aucune intimité. À un moment, le plus vieux a invité deux amis pour la baignade, et celui de 17 ans en a invité trois ou quatre. Ils se sont tous baignés nus et demeurés dans cet état après la baignade, et même pendant que la fille ainée ait invité une demi-douzaine d'amies pour la baignade, en maillot, bien entendu.

Abby, je suis alarmée par ceci, mais mon mari insiste que c'est un comportement complètement normal. Ais-je mal saisi quelque chose ? MN MOM


CHÈRE MN MOM, en effet, vous avez mal saisi quelque chose, c'est le mode de vie américain. Il y a quelque chose de naturel pour les garçons de se baigner nus, ou, dans le cas de vos amis, dans le lac à leur chalet. Les garçons ne requiert pas le même degré de modestie que les filles, et sont, comme vous l'aurez observé, libres de relaxer et s'exposer au soleil et à l'eau comme la nature l'a prévu. Plusieurs écoles et YMCA utilisent cette politique avec les garçons dans les cours et équipes de nage. Au lieu d'essayer de maîtriser vos garçons, vous devriez les encourager à s'adapter à ce mode naturel de vie. Franchement, je suis plus surprise que le garçon de 19 ans ait de bonne manières en se présentant et vous escortant à la maison, que je le suis à propos du fait qu'il était entièrement - et appropriemment - nu.


Vous n’êtes pas autorisé(e) à consulter les fichiers insérés à ce message.


Haut
Hors-ligne Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 44 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Le fuseau horaire est UTC-5 heures


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Theme created StylerBB.net
Traduit en français par Maël Soucaze.