Nous sommes actuellement le 19 Déc 2018, 05:25


Le fuseau horaire est UTC-5 heures [Heure d’été]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 44 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5
Auteur Message
 Sujet du message : Re: Les histoires de bobettebob
Message Publié : 14 Jan 2018, 16:13 
Ami très actif
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 12 Juil 2015, 13:30
Message(s) : 301
Localisation : Montréal
Ma femme et moi avions déjà fréquenté des centres naturistes à quelques reprises; mais cette fois-ci, nous avons décidé d'y emmener notre fille pour sa toute première fois. Un centre que nous n'avions jamais visité auparavant organisait sa journée porte ouvertes annuelle, alors pourquoi pas en profiter.
Ma fille était un peu dans sa bulle puisqu'elle ne s'est jamais mise à nu "en public". À l'accueil, pour acquiter notre entrée, nous étions entourés de personnes nues. De retour à la voiture, nous nous sommes déshabillés. Habituellement, ma femme ne se déshabille pas complètement à ce point-ci, mais a décidé de le faire afin d'encourager notre fille.

Nous nous sommes dirigés vers la section de la piscine, et rendu sur place, le visage de notre fille s'est émerveillé : la piscine était remplie de petites paires de fesses ambulantes. Ça n'a pas pris de temps avant qu'elle les rejoignent.

Nous nous sommes installés près de la piscine. Ma femme observait passivement les activités. Ma fille est venue nous demander de participer à un jeu de tag. Je me suis porté volontaire alors que ma femme a opté de rester là où elle était. Pendant que je pourchassais et me faisais pourchasser, j'observais occasionnellement ma femme, qui n'avait pas bougé.

Après quelque temps, ma femme s'est levée pour me demander quelque chose. Je n'ai jamais su de quoi il s'agissait lorsque notre fille surgit de nulle part et "tag" sa mère. Elle s'est retrouvée participante malgré elle dans notre jeu ! Et c'est à mon grand étonnement que j'aperçois ma femme qui courre autour de la piscine, les seins sautillants, et un grand sourire au visage, captivée dans le jeu, oubliant totalement son manque vestimentaire.

Nous avons passé tout le reste de la journée à jouer dans et hors de la piscine. Ma femme était totalement relax, parlant avec les autres parents, socialisant. Et ma fille a eu un plaisir fou. Lorsque le manager a demandé des participants pour une prise de photos pour l'album annuel, ma femme s'est portée volontaire ! Déjà que j'ai été surpris de sa participation aux activités, je ne m'attendais certainement pas à ce qu'elle accepte de poser nue (je n'ai jamais vu la photo, en passant, le manager l'a conservé dans l'album du centre) !

Au final, c'était une journée naturiste parfaite. Ma fille s'est bien amusée et ma femme est bien à l'aise. Voilà pourquoi cette journée est mon souvenir mémorable dans la nudité !

Auteur anonyme, forum NudistFriends (https://www.nudistfriends.com/forum/dat ... _0_20.html)


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: Les histoires de bobettebob
Message Publié : 19 Jan 2018, 16:31 
Ami très actif
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 12 Juil 2015, 13:30
Message(s) : 301
Localisation : Montréal
L'histoire de Karen

Un article de journal a retenu mon attention. En juin 1999, la ville de Toronto ouvrait sa première plage "vêtements optionnels" sur une base expérimentale de 2 ans. Moi et mes amies Chumsie et Erica ont voulu y aller. Je me promène souvent nue dans mon appartement, mais ceci sera la première fois que je m'exposerais nue en public.

Deux semaines plus tard, ce qui a exigé un trajet de deux heures en voiture, la stationner, marcher environ un mille jusqu'au traversier qui nous emmène sur l'île de Toronto en moins de 15 minutes, puis après une marche d'environ 10 à 15 minutes, nous étions rendues à la plage. En chemin, autour de nous, des gens transportaient des sacs et équipements de plage, circulant à destination de la même plage que nous. La plage est divisée en deux parties. La section la plus large avec un sauveteur, c'est la plage textile régulière, qui était déserte. La section plus étroite est délimitée par une petite clôture et des écritaux partout :

ATTENTION : PLAGE NATURISTE À PARTIR D'ICI, VOUS RISQUEZ DE CROISER DES PERSONNES NUES

Ont-ils peur que quelqu'un atterrisse là par accident ?

Nous sommes enfin arrivées de l'autre côté de la délimitation. C'était une journée chaude, et la plage était pleine !!! Pas tout le monde était nu. Plusieurs femmes ne portaient pas le haut, d'autres portaient un maillot. La plage était peuplée d'environ 80 % d'hommes et 20 % de femmes. Nous avons marché jusqu'à l'extrémité, habituant nos yeux en ce terrain inconnu, puis trouvé un endroit tranquille pour y déposer nos serviettes. Erica a été la première à se déshabiller, sans hésitation, contente de se débarrasser enfin de son maillot ! Après avoir été en charge de l'installation des serviettes et tout, c'était à mon tour de me déshabiller, essayant de le faire le plus naturellement possible, sachant que plusieurs garçons nous observaient. Retrait du haut, des shorts, puis de la culotte, puis je me suis retournée, laissant le soleil griller mon dos. Chumsie et Erica étaient en charge de l'application de la crème solaire sur nos peaux blanches-pâles.

Sans aucun doute, trois jolies femmes nues sur une plage, ça attire l'attention du sexe opposé. Bien que la plage a une réputation populaire envers les hommes gais, j'ai pu détecter la présence de plusieurs hommes hétéro, nous saluant au passage auquel nous leur répondions « allo » toutes en choeur. Un homme installé pas trop loin de nous a coupé un melon d'eau en tranches et nous en a offert. Quelle gentillesse !

Après une courte période de temps, nous ne pensions plus à notre état de nudité... c'était tellement naturel que nous avons pris une marche, et plus tard, joué au frisbee ! Un garçon en shorts et venu nous rejoindre dans notre jeu, et après, s'est assis et discuté avec nous. Son nom est Adrian, 24 ans, et ne voulait pas enlever ses shorts ! Nous l'avons taquiné un peu, mais ça ne l'importait peu. Plus on discutait, plus il était calme. Je croyais au début qu'il avait les yeux fixés sur moi... ou plus spéciciquement, ma poitrine, mais j'ai fait semblant de rien. Il a raconté qu'il a entendu parlé de cette plage et décidé de venir la visiter. Je lui ai répondu que c'est notre première visite aussi. Lui et moi avons pris une marche en bordure de l'eau, qui me semblait encore froide, constatant plus de personnes sur la partie sable que dans la partie lac.

À un endroit, quelques personnes étaient installées sur une table de pique-nique avec des magazines naturistes variés et de l'information sur un groupe naturiste, vendant des abonnements annuels à 20$ donnant accès à des activités piscine intérieure tous les mois. Ils nous ont offert des coupons et nous ont invité à leur prochaine activité. Sur notre chemin du retour, Adrian a décidé de se joindre à la population majoritaire en retirant son short, retournant à notre emplacement aussi nu que je l'étais. Mes amies étaient impressionnées et m'ont demandé ce que j'ai bien pu faire pour le convaincre. Rien, en fait, il l'a fait seul comme un grand.

Adrian, Chumsie, Erica et moi avons passé le reste de l'après-midi à jouer au frisbee, marcher le long de la plage, à grignotter et prendre du soleil. À la fin de l'après-midi, des gros nuages sont apparues et la température était en chute libre, il était temps de partir. Malheureusement, les douches sont situées du côté textile, nous obligeant à enfiler un short et le haut de bikini pour s'y rendre, afin d'enlever le sable collé à la peau, puis direction du traversier. Adrian a suggéré d'aller souper tous ensemble au restaurant, puis avant de se séparer, nous avons échangé nos adresses courriel, se promettant de lui laisser savoir la date de notre prochaine visite à la plage... Ce qui a été fait deux semaines plus tard ! Et nous avons passé presque tous les week-ends à la plage naturiste cet été-là. À l'automne, nous avons rejoint le groupe naturiste et participé aux activités piscine mensuelles. Encore mieux, nous sommes toujours amies avec Adrian et on le voit régulièrement.

À tous ceux qui hésitent à aller sur une plage naturiste, je leur dit : ALLEZ-Y !!! Vous aurez du plaisir et vous vous ferez des amis.

Auteur : Karen. Site : Israeli Young Nudist's Society (http://iyns.net/stories.html)


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: Les histoires de bobettebob
Message Publié : 01 Juil 2018, 10:24 
Ami très actif
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 12 Juil 2015, 13:30
Message(s) : 301
Localisation : Montréal
Publié sur un site britannique.

Votre site est d'une ressource inestimable pour une jeune femme qui fait ses premiers pas dans le monde du nudisme. Je souhaitais partager avec vous ma première expérience, accidentelle, espérant qu'elle rassure les autres que c'est un style de vie excitant. - Sarah-Beth

Ma première expérience a eu lieu il y a 18 mois, j'ai actuellement 20 ans. J'ai décidé de reporter ma dernière année d'Université afin de voyager et de voir le monde. Lorsque je me suis posée en Suisse durant la saison de ski, j'ai trouvé du boulot en tant que fille-de-chalet, me permettant aussi de faire du ski et socialiser. Ceux qui ont déjà passé des vacances de ski savent que l'effort physique devient épuisant, en plus de l'après-ski, combinez ceci avec le travail de nettoyage des chalets et vous pouvez imaginer que nous avons souvent besoin de se reposer.

Lors d'une soirée, l'un des instructeurs a suggéré à mon amie Melissa et moi un très bon spa avec sauna et bains chauds en ville. Situé un peu hors des sentiers battus, il est plutôt utilisé par les résidents que par les touristes. Bonne idée ! Après avoir noté le trajet, nous avons réservé notre visite pour le vendredi soir suivant pendant que les autres employés feront la fête.

Le Jour J, les bikinis dans un sac, et c'est parti. Pas eu de problème à trouver l'endroit. Une femme souriante d'âge moyen à la réception nous accueille, nous donne deux serviettes chacunes et nous montre le vestiaire des femmes. Elle ajoute que l'établissement ne reçoit pas beaucoup de visiteurs anglais.

Après s'être changé en bikini et pris une douche (tel qu'indiqué par les pictogrammes sur la porte), la salle suivante est celle des casiers, là où nous avons laissé nos vêtements, puis passé par la porte suivante qui mêne dans une jolie salle revêtue en bois avec une petite piscine et un jacuzzi, qui semblait déserte, mais les chaises longues étaient recouvertes de serviettes indiquant la présence d'au moins 10 à 15 autres personnes. Melissa suggère qu'il doit y avoir d'autres salles à explorer.

Après quelques longueurs dans la piscine vide, on se dirige vers l'une des quatre portes non-identifiées à l'extrémité de la pièce. En poussant la porte, il nous a été évident qu'il s'agit d'une chambre à vapeur. Melissa, qui était devant moi, a fait un arrêt brusque sans crier gare. Moi, qui la suivait derrière, lui est rentrée dedans, presque poussée à l'intérieur, et la porte s'est fermée derrière nous. Alors que mes yeux s'ajustaient à l'éclairage tamisé et à la vapeur, j'ai compris pourquoi elle s'est arrêtée : Cinq hommes, jeunes et vieux, s'y étaient installés.

L'homme le plus vieux, ayant assisté à la scène et réalisé que nous sommes des femmes, s'est levé et a commencé à crier avec gestuels. Je ne sais pas si vous avez déjà vu un allemand fâché, mais c'est un peu intimidant. Nous en sommes sorties tellement vite que c'est surprenant que la vitrine dans la porte ne s'est pas brisée.

La réaction de Melissa se résumait à « Oh my god, on est entrée dans la salle de vapeur des hommes », avec quelques jurons, plus quelque chose de suggestif à propos du bel homme dans le coin. J'étais en train d'absorber le fil des événements et je savais exactement où aller : à la réception et me plaindre à la réceptionniste qui parle anglais, à propos du manque d'indications. Sans penser à ma modestie, Mélissa m'a suivie à travers le vestiaire jusqu'à la réception.

La dame a été remplacée par un jeune homme attirant servant un couple plus âgé. En furie, je lui laisse savoir mon insatisfaction, levant le ton, en me dirigeant dans sa direction. Le pauvre homme ne semblait pas parler anglais mais je pense qu'il a saisi un peu le problème, pointant nos bikinis, hochant de la tête en parlant allemand. Fantastique, un critique de mode ! Heureusement, la dame de la réception n'était pas loin et nous a fait comprendre les gestuelles du jeune homme : « les maillot de bain sont interdits », « le spa est une zone nudiste », « vous devez être complètement nues pour utiliser nos installations ».

La réalité de la situation nous frappe en même temps : C'est donc pour ça que l'homme était frustré, suivi de « uh-oh, si on veut continuer notre expérience au spa, il faudra qu'on se ballade entièrement nues devant des étrangers ». Ayant dépensé un montant important comme prix d'entrée, ni Mélissa ni moi n'était intéressée à déclarer forfait sans en avoir profité, nous avons donc décidé d'aller dans le vestiaire des femmes et en discuter. Curieux, je ne comprend pas le but d'avoir des vestiaires séparées si hommes et femmes se retrouvent nus à la sortie...

Assises en silence, j'ignore à quoi Melissa pensait mais elle n'avait pas l'air vif. Ce à quoi je pensais, « Elle n'a rien à craindre, avec ses gros seins, personne ne va la juger ». J'ai toujours eu des complexes avec mes petits seins depuis quelques années et juste l'idée de les exposer à un auditoire principalement masculin ne me mettait pas en confiance. Après quelques instants, la dame de la réception est venue nous voir, dans toute sa gloire, pour nous aider.

En gros, elle a expliqué qu'elle comprend notre nervosité, mais c'est à cause de notre culture. En Suisse, ils sont plus ouverts envers la nudité, aller au spa, tout le monde tout nu, n'est pas un problème du tout. Personne ne vous jugera, personne ne va vous fixer des yeux, puis elle nous a proposé une visite guidée des lieux... à la condition, bien entendu, d'enlever nos bikinis, qui ne couvraient pas beaucoup de surface de peau de toute façon.

Melissa a été la première à se lever, « allons-y », libère ses gros seins suivi du bas de maillot, révélant une partie de l'anatomie bien entretenue. J'ai suivi, plus lentement qu'elle, embarrassée par ma petite poitrine et la partie ci-bas laissée au naturel. La bonne samaritaine nous a pris chacune par la main à travers le vestiaire jusqu'à la piscine, où se trouvait désormais trois hommes et une femme, et aucun ne semblait intéressé à notre arrivée. Je dois avouer que j'ai fixé un peu puisque c'était tout nouveau pour moi, ce qui a été de courte durée puisque nous avons été guidées à la chambre à vapeur où tout a commencé. À l'intérieur, nous avons été accueillies avec des sourires. La dame nous a pointé où s'asseoir (et nous avons tout de suite croisé les jambes, ce qui a semblé étrange). J'assume qu'elle a expliqué en allemand ce qu'il s'est passé, suivi d'un sens de compréhension général, et l'homme qui nous avait crié après a dit quelque chose, suivi de quelques rires et de geste de tête.

Je lui ai demandé ce qu'il a dit. « Il dit qu'il est désolé de ne pas avoir réalisé que vous êtes anglaises, mais si le Royaume-Uni veut vraiment rester européen, il devrait s'habituer avec nos coutumes étranges. Mais il est très heureux de voir deux jolies jeunes femmes représenter leur pays. Je suis certaine que nous avons rougi, mais ça nous a mis à l'aise.

Je dois admettre avoir oublié notre état de nudité et m'en être rendue compte lorsque la dame nous a fait visiter le reste des installations. Il y a un sauna occupé par deux hommes et une femme de notre âge, une série de 6 piscine pour la plongée, chaud et froid, ainsi qu'une "piscine familiale" à la dernière porte. J'ai été surprise d'y trouver à l'intérieur une famille de cinq, papa, maman, un fils et une fille tous deux dans la pré-adolescence, et un fils plus jeune dans l'eau peu profonde. Nus comme le jour de leur naissance. À ce moment, j'étais envieuse de leur fille qui ne semblait avoir aucun complexe avec son corps et la conscience de soi que j'avais, et décidé que cette révélation de nudité était probablement de nature responsable.

Nous sommes restées encore deux heures au spa avant de repartir, totalement changées. Je suis ravie de dire que nous y sommes retournées une douzaine de fois. Je mentirais si je disais que je ne pense pas que nous avions des motifs différents d'y revenir. J'adorais le sentiment de liberté et l'absence de jugement. Je suspecte que Melissa y voyait une opportunité d'afficher ses atouts au bel homme du sauna.

Je suis toujours nerveuse au moment de marcher nue vers la sortie des vestiaires, et retirer mes vêtements lors d'un événement nudiste me donne toujours cet effet, mais une fois que je suis entourée de bonnes personnes, toutes mes craintes disparaissent et je peux me sentir enfin libre.

Je ne crois pas que le cheminement normal vers le nudisme implique un allemand frustré qui demande d'enlever ton bikini, mais c'est de cette façon que ça m'a amené là où je suis aujourd'hui.

Ils ont bien raison ces européens fous !

Auteur : Sarah-Beth. Site : https://nudistuk.com/nudist-stories/


Haut
Hors-ligne Profil  
 
 Sujet du message : Re: Les histoires de bobettebob
Message Publié : 02 Juil 2018, 02:13 
Ami très actif
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 02 Oct 2016, 09:31
Message(s) : 335
Très heureux de voir que je ne suis pas seul à "raconter des histoires" :animatedwink: . J'ai toujours aimé lire ce genre de scénarios.


Haut
Hors-ligne Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 44 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Le fuseau horaire est UTC-5 heures [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Theme created StylerBB.net
Traduit en français par Maël Soucaze.